ECRIT PAR | Carine Colson

Avis d’expert : Les (Big) Data Marketing n’ont pas besoin de super héros mais d’experts avec les pieds sur terre – publication de Christophe Cousin dans le JDN

Cet article rédigé par Christophe Cousin, Fondateur de Camp de Bases et expert en « Big Data Marketing » a été publié le 14 octobre 2013 par le Journal du Net.

 » Au lieu de vous faire croire à des pseudos super-pouvoirs, je vous livre 3 enseignements issus du terrain pour réussir votre projet Big Data.

Lorsque je visite un salon (et Ecommerce Paris 2013 n’a pas failli à cette règle) ou que je lis des plaquettes commerciales, je suis toujours surpris des super pouvoirs de certaines agences.
Certains acteurs (même de taille très modeste !) sont capables de presque tous les prodiges en même temps : déployer des stratégies e-marketing, faire du e-commerce, des jeux-concours, constituer des méga bases de données, faire du marketing relationnel… j’en passe et des meilleurs.
Souvent ce sont ces mêmes « experts » qui abusent des mots clés du moment : Big Data, social CRM, RTB…
Et leurs cas clients sont tout aussi mirobolants : la relation client est 100 % synchronisée, les données se parlent entre elles, la connaissance client est lisible et accessible… tout cela avec des équipes qui travaillent dans la plus parfaite fluidité pour un ROI, ah ce ROI ! Tellement impressionnant que les chiffres restent secrets…
Ce monde-là est l’univers formidable de Superman, Wonder Woman ou Captain America…

Étonnamment, mon quotidien depuis des années que je travaille dans l’internet, les données et le multicanal, est fort différent.
Mes clients ont du mal à mettre en œuvre leurs stratégies cross canal et c’est normal parce que dans la vraie vie, c’est un sujet délicat.
Ils ont du mal à faire travailler ensemble des équipes marketing et techniques et c’est humain.
Leurs données sont complexes, leur architecture parfois fragile, les outils dont ils ont besoin nécessitent de comprendre finement leurs métiers.
Dans le monde de mes clients, il faut du temps pour mettre en œuvre des projets, beaucoup de travail, de patience, de pédagogie et une bonne dose de passion aussi.

Alors aux annonceurs parfois tentés de croire aux super-pouvoirs (et qui ne le serait pas !), je vous propose trois enseignements que j’ai appris de mes dernières années d’entrepreneur/consultant/directeur de projet dans le domaines des (Big) Data Marketing (… et de tâcheron aussi parfois !).

1) L’enjeu des (Big) Data est marketing
Certes la technique est importante mais le point majeur est de savoir à quoi ces données vont réellement vous servir. Ceci défini, partager cette vision cible et expliquer le projet est LE facteur clé du succès. Aborder un projet Data par le prisme de la technique c’est le meilleur moyen qu’il reste à l’étage de la DSI.

2) Il faut beaucoup de temps et d’énergie pour rendre utiles les données dont vous ne vous êtes PAS occupées pendant des années
Cela passe par de l’expertise, des outils et une farouche volonté d’aller comprendre ces informations et la façon dont on peut en tirer de la valeur. Il faut aller dans le détail. Cela passe aussi par des ressources en interne. Car même si votre base est sous-traitée, seule votre équipe sait pourquoi le CA des internautes est stocké dans la base des ventes « magasins » alors que personne ne pouvait l’imaginer !
Les solutions magiques, les alimentations automatiques, les « en 3 clics cela marche »… ne marchent pas justement.

3) La culture « Data & Marketing Relationnel » nécessite une formation permanente
D’abord parce que le sujet n’est pas simple et surtout parce qu’il évolue en permanence. L’acculturation et la pédagogie sont indispensables pour les marketeurs et DG de demain car ces sujets seront (et devraient déjà être) au cœur de leur quotidien professionnel.

En résumé, c’est bien parce que les Big Data font rêver qu’il faut garder les pieds sur terre. Et c’est à cette condition que ces Big Data délivreront demain les promesses auxquelles elles sont associées aujourd’hui.

ECRIT PAR | Carine Colson

« Il est temps que les marketeurs prennent en main les enjeux des Big Data » – Christophe Cousin dans E-marketing.fr

Interview rédigée par FLORENCE GUERNALEC publiée le 14/10/2013 dans Emarketing.fr

Christophe Cousin, dirigeant de Camp de Bases, constate que le big data marketing est un sujet préempté par les éditeurs de solutions, ce qui le rend incompréhensible pour la majorité des décideurs. Parallèlement, il annonce une nouvelle version de sa data management platform, Quintessence.

Quelle est l’activité de Camp de Bases ?
Camp de Bases est une société spécialisée dans l’exploitation des (Big) Data Marketing pour aider les annonceurs à en optimiser les usages : marketing relationnel, web analytics, marketing prédictif… Pour cela nous réunissons des expertises marketing/métier et techniques pour proposer des missions de conseil et des solutions techniques.

Allez-vous annoncer des nouveautés sur le salon #vad.conext ?
Camp de Bases lance une nouvelle version de Quintessence, notre Data Management Platform en mode SaaS, qui est composé de 3 modules :
DQF (Data Quality Flow) pour enrichir, améliorer et dédupliquer les données marketing on & off ;
DQM (Data Quality Mart) pour héberger toute la connaissance client pour une exploitation rapide et efficace ;
DUI (Data User Interface) une application web pour comprendre, analyser et exploiter les données grâce à une interface graphique pensée par et pour des marketeurs.

Quintessence est alimentée par des données généralement en silos (e-commerce, système de caisse, réseaux sociaux, cartes de fidélité, retours de campagnes…) et alimente à son tour des sites web, des outils d’analyses ou d’exécution de campagnes…La nouvelle version apporte des évolutions majeurs :
· La mise à jour de profils par import de listes externes pour exploiter des données travaillées, enrichies dans des solutions extérieures à Quintessence (par exemple de datamining,…),
· Le choix des méthodes de déduplication (à l’individu, à l’email, au foyer,…) adaptées aux canaux pour l’envoi d’actions marketing avec des budgets optimisés,
· Une bibliothèque de rapports « types », pour exploiter au mieux la connaissance client tirée de la base,
· L’ export brut des données de contact afin de maximiser la traçabilité des données,
· Le choix de la langue de l’interface pour les utilisateurs non francophones.

Vous animerez, sur le salon, une conférence sur le thème  » Comment exploiter vos Big data marketing ? « . Quel message souhaitez-vous faire passer aux annonceurs ?
Le message est simple : il est temps que les marketeurs et les utilisateurs des métiers prennent en main les enjeux des Big Data. Aujourd’hui, c’est un sujet qui préempté par les éditeurs de solutions techniques ce qui le rend incompréhensible pour la majorité des décideurs. Pourtant, de nombreux bénéfices existent aussi bien pour les directions marketing que pour les clients finaux. Ce sont ces exemples que je vais montrer en me servant, comme support, d’une nouvelle infographie que nous venons de réaliser sur ce sujet.

Quel(s) cas client permettent d’illustrer l’intérêt d’exploiter ses big data marketing ?
Nous travaillons, par exemple, pour un acteur dans le domaine de la presse qui personnalise, grâce à nos solutions, ses offres de réabonnement de façon très fine pour en améliorer l’efficacité. Pour un autre acteur dans le domaine du tourisme, les données que nous réussissons à agréger, permettent une analyse de l’activité passée et à venir avec une finesse qu’il n’avait pas jusqu’à présent.

>>> Ecouter, voir ou revoir la conférence sur YouTube.

ECRIT PAR | Carine Colson

E-marketing.fr – Dossier : Création et enrichissement de bases de données

E-marketing, via GFM, propose un dossier sur la création et l’enrichissement des bases de données.
Quintessence et Data Quality Flow, nos solutions en mode SaaS sont citées.

« De son côté, Camp de Bases, société spécialisée dans les bases de données, mixe les prestations de conseil pour optimiser le marketing relationnel de ses clients et propose des solutions techniques pour les aider à créer une base de données efficace. Plusieurs outils sont ainsi disponibles en mode Saas, notamment Data Quality Flow pour améliorer la qualité des données et vérifier leur cohérence.  » Nous avons ajouté une interface pour analyser et visualiser les rejets, les corriger directement pour que l’enregistrement ne soit pas rejeté complètement, et pour identifier les causes « , explique Christophe Cousin, dirigeant de Camp de Bases. Un autre outil de Camp de Bases, Quintessence, permet d’exploiter les données via une interface web pour comprendre, analyser, segmenter, cibler et piloter les données. »

>>> Lire l’article en intégralité

ECRIT PAR | Christophe Cousin

Avis d’expert : Le Big Data Marketing vu par Camp de Bases – publication Marketing-professionnel.fr

Article paru sur le site « Marketing-professionnel.fr »

Le big data est incontournable. Quels en sont les enjeux ? Comment l’utiliser au mieux en marketing ? Quel sera son avenir et son impact sur nos métiers ? Réponses en exclusivité par Christophe Cousin, fondateur et dirigeant de Camp de Bases.

Marketing-professionnel.fr : Quel exemple donneriez-vous pour illustrer l’importance du Big Data ?
Christophe Cousin : Le Big Data Marketing vu par nos experts
Pour faire simple, je sépare les Big Data en 5 familles :
1 – Les data qui permettent de mieux comprendre des évolutions de fond, de nouveaux comportements. Ce sont des données non structurées (photos, blogs, commentaires, articles…) dont l’analyse nécessite l’intervention d’experts, d’importants moyens de calculs et de méthodologies encore très pointues. Ces données permettent de produire des cahiers de tendances comme celle d’IBM concernant le « steampunk ».
2 – Les data permettant de mieux comprendre la perception et les comportements passés et à venir des consommateurs vis-à-vis d’une marque ou d’une enseigne. Il s’agit ici de l’analyse des tweets, des évènements, des recommandations, des avis mais aussi de données exogènes (comme la météo)… Leur étude permet de mesurer l’e-réputation, d’ identifier des buzz, et d’ anticiper des évolutions d’image ou de chiffre d’affaires.
3 – Les data permettant d’améliorer votre quotidien via des objets connectés: géolocalisation, disponibilité, stock… Les scénarios sont en devenir : votre voiture vous indique les embouteillages et le nombre de places disponibles dans les parkings autour de vous. Votre montre adapte l’heure du réveil en fonction de votre emploi du temps et de la circulation… Vos lunettes vous aident à vous diriger dans un centre commercial ou un terminal d’aéroport… Dans cette famille de data, ce sont vos objets qui sont identifiés et qui produisent et restituent des données.
4 – les data permettant d’améliorer l’ expérience client on line (PC, tablette, mobile…). Grâce aux cookies et autres méthodes, les consommateurs sont identifiés, parfois clusterisés mais ne sont pas nommés. Impossible donc de disposer de leurs nom et prénom mais cela n’empêche pas le retargetting, la personnalisation des contenus et des bannières. C’est aujourd’hui un usage de plus en plus maitrisé avec un ROI facile à calculer.
5- Enfin les data spécifiquement orientées pour du marketing relationnel et les relations personnalisées. Les données sont donc rattachées à l’individu (ou à son adresse physique).
Bien entendu, cette dernière catégorie concerne moins de données en volume et ces dernières sont souvent structurées.
Ces données sont les plus faciles à exploiter pour personnaliser et optimiser la relation client par email, courrier, téléphone, en point de vente…

MP : Quels sont les enjeux de la maîtrise des données structurées et non structurées ?
CC : Le fait de traiter des données non structurées change (presque) tout : la méthode de travail, les outils, les expertises nécessaires. Mais surtout, cela nécessite de changer la façon de penser. Il s’agit le plus souvent de fouiller les données sans savoir ce que l’on cherche en espérant trouver quelque chose d’utile. Cette manière de procéder est très loin des méthodes actuelles. Je pense que ce type d’approche sera réalisée plutôt par des prestataires spécialisés et que très peu d’entreprises vont intégrer ces nouvelles compétences en interne.
L’enjeu donc est de constituer le corpus de données à analyser et trouver le bon prestataire qui interviendra avec un périmètre de recherche défini.
Pour la plus grande majorité des entreprises ces problématiques ne seront pas d’actualité avant quelques années.

>>> Camp de Bases interviewé sur Marketing Professionnel (dossier spécial Big Data)

ECRIT PAR | Christophe Cousin

Avis d’expert : Pour un usage raisonné des (Big) Data marketing – publication Emarketing.fr

L’émergence des données issues du web, et un de ses corollaires, les big data, entrainent un changement majeur dans la gestion des données personnelles utilisées pour le marketing relationnel.
En quelques années, les bases se sont vidées des données déclaratives (les réponses données par les consommateurs eux-mêmes) pour se remplir de données comportementales, collectées automatiquement et souvent à l’insu des intéressés. Ces clics, visites… sont ensuite traduits en intentions d’achat, probabilité de churn, score d’appétence… pour personnaliser des sites, emails, SMS, courriers…

La fin du contrôle…
Ces données sont le reflet de comportements d’achats devenus très complexes : nous sommes passés de la visite en magasin suite à la lecture d’un imprimé publicitaire à des scénarios crosscanal générant un volume de données proportionnel à un grand nombre d’interactions.
Ces données, en volume, changeantes, parfois non structurées, sont devenues très difficiles à maîtriser pour le consommateur :
Par exemple, il était simple de déclarer (ou pas !) une intention d’achat d’une cuisinière sur un questionnaire papier. Aujourd’hui cette information est le fruit de multiples analyses en particulier en fonction de sa navigation web.
Autre exemple: autant il est facile de se désabonner du « marketing direct » ou d’une base d’emails honnêtement gérée, autant éviter des bannières retargetées suite à un abandon de panier est quasiment impossible pour la majorité des internautes.
En quelques années, le consommateur a perdu le contrôle de ses données personnelles et plus encore des usages qui en sont fait.

… et le début d’un mouvement de fond.
Cette évolution n’est pas sans impact pour les consommateurs et de nombreux « signaux faibles » montrent l’évolution des mentalités sur la data :
Ainsi, selon une étude de LoyaltyOne, seulement 42 % des consommateurs américains et canadiens font confiance aux entreprises dans l’utilisation de leurs données personnelles,
Le succès de Tumblr est souvent associé à l’utilisation de pseudos qui en permettent une utilisation anonyme, là où un Facebook s’immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée de ses utilisateurs,
De nouvelles sociétés (ex : Abine) promettent de supprimer vos données personnelles ou de limiter vos traces sur le web,
A l’autre bout de la chaîne, des sites comme Yes Profile, tentent de redonner la main aux internautes sur la monétisation de leurs données personnelles.
Alors que certains grands acteurs américains (Google et Facebook en tête) essaient de nous faire croire que la vie privée n’existe plus en ligne et que la génération Y semble, pour l’instant, consentante à partager ses informations parfois les plus intimes, le regain pour la « vie privée digitale » pourrait amener les consommateurs à donner moins d’informations et à être beaucoup plus regardant sur ce qu’en feront les annonceurs.

Des choix à venir pour les professionnels
La big data est à peine née que les professionnels du datamanagement sont déjà à l’orée de choix stratégiques pour leur métier, comme le fut celui de l’opt’in/opt out en son temps. D’un côté, un usage à tout crin de la data comme un or noir dont il faut exploiter au plus vite la puissance. D’un autre, et c’est ma position, un usage plus durable, qui pourrait commencer par :
– Faire preuve de bon sens et éviter les collectes et exploitations que nous trouvons intrusives à titre personnel,
– Permettre un accès à l’information et un désabonnement au sens large (comme je voudrais ne plus subir des bannières soit disant personnalisées pour un produit que j’ai déjà acheté !),
– Permettre aux consommateurs de gérer plus finement la pression marketing qu’ils acceptent de recevoir,
– Permettre aux internautes de mieux comprendre ce que nous savons sur eux et comment nous le savons…

Je fais donc partie de ceux qui espèrent que les scénarios les plus respectueux des clients & prospects permettront aux marques d’instituer une relation de confiance sur les données, au même titre qu’elles le font sur leurs produits.
Car, après tout, c’est bien cela l’enjeu des prochaines années : donner confiance dans l’usage des données pour enrichir la relation marketing plutôt que de voir gagner une vision technique & fonctionnelle qui nous rapprochera de Big Brother.

Voir aussi l’article sur Emarketing.fr

ECRIT PAR | Carine Colson

Marketing-Médias : Avis d’expert de Christophe Cousin, Dirigeant de Camp de Bases

« Le problème n’est pas dans le traitement du volume,
mais bien dans la qualité des données »

Avis d’expert de Christophe Cousin, Dirigeant de Camp de Bases

Marketing-Médias : Quel regard portez-vous sur le marché de la donnée ?

Christophe Cousin : Le marché du data-management ou de la gestion de données marketing connaît une situation paradoxale. D’un côté, il existe des solutions permettant aux marketeurs d’être plus efficaces, d’optimiser leur stratégie et de rentabiliser leurs données (nettoyage, enrichissement, déduplication) et de l’autre, nous constatons que le processus décisionnel pour valider la mise en place de ces solutions est souvent long et compliqué. Il est parfois freiné par les directions financières qui ne perçoivent pas immédiatement l’intérêt d’un tel investissement.Ce décalage est surprenant puisque, in fine, ces solutions permettent aux directions marketing de gagner en efficacité et en liberté, et donc d’accroître leur retour sur investissement, qui est devenu leur principale priorité. En somme, c’est un marché qui nécessite encore beaucoup de pédagogie.

MM : Quelles tendances observez-vous ?

CC : La tendance la plus marquante et la plus significative concerne la reprise en main des bases de données par les directions marketing. Elles sont alors plus réactives et autonomes dans la création de leurs campagnes, que ce soit dans la compréhension des données présentes dans la base ou dans la réalisation des comptages, des ciblages, des campagnes, etc.

>>> Lire la suite

ECRIT PAR | Carine Colson

Emarketing.fr : Les 5 raisons d’externaliser sa base de données marketing

Autant externaliser sa paie, l’hébergement de son site ou son CRM sont une évidence pour la quasi-totalité des sociétés, autant « sortir » sa base de données marketing pose encore questions pour de nombreuses DSI et autres directions générales. Pour clore le débat, voici les 5 raisons qui font que cette évolution va dans le sens de l’histoire.

1) Un datamart nécessite de nombreuses expertises
A l’heure du crosscanal et de la vision 360°, une base marketing est en fait un regroupement de nombreuses sources de données disséminées dans le système d’information : e-commerce, service client, ERP, systèmes métier… Agréger ces bases nécessite de mettre en place des flux, mais surtout d’assurer des traitements de data quality et de déduplication nécessitant de maitriser les données on & off, les comportements, les informations déclaratives… Il faut en comprendre les contenus, les sélectionner, en valider l’usage légal… bref avant de la mettre en œuvre, il faut travailler la data et cette étape nécessite une expertise peu fréquente dans les DSI.

2) Le déploiement en mode SaaS est plus rapide
Même si ce n’est pas l’exclusivité du data management, il est particulièrement évident que la mise en place d’une base de données dans une infrastructure externalisée existante et pré développée permet de gagner beaucoup de temps. Et ce temps sera habilement utilisé par le marketing pour faire des campagnes efficaces et génératrices de revenus.

3) Externaliser permet aussi des économies financières
Logiquement, la réduction du temps d’implémentation permet de réduire le budget d’installation. D’expérience, un datamart en mode SaaS est 2 à 3 fois moins cher sur 3 ans qu’un développement interne, dont les coûts salariaux ne sont qu’une partie émergée. Cette économie est tout aussi vraie pour la mise en œuvre que pour le « running » : l’hébergement et l’administration des données, un travail au quotidien pour en garantir la qualité.

>>> Lire la suite

ECRIT PAR | Carine Colson

Camp de Bases interviewé par jaimelesstartups.fr !

jaimelesstartups.fr, ce sont des passionnés de création, de business et d’entrepreneuriat. Ils ont ouvert en janvier 2012 ce site pour faire connaître les startups en France et favoriser les échanges entre les porteurs de projet, des investisseurs potentiels et tous les connaisseurs qui peuvent s’exprimer librement sur leur site.

En voici un premier extrait, le reste est à lire sur leur site !

 » Une relation durable ça s’entretient ! Et dans nos sociétés hyper-connectées, ça se traduit par une pléthore d’informations.
Christophe, Philippe, Cyril et Nadia ont décidé de mettre leur expertise du datamanagement au service de la relation-client en créant Camp de Bases et une solution innovante baptisée Quintessence. Entre missions de conseil et gestion SaaS de vos données marketing, nos 4 professionnels chevronnés font tout pour simplifier le travail des entreprises.

Que proposez-vous ?
La mission de Camp de Bases est d‘optimiser les stratégies de marketing relationnel de nos clients, grâce à :
– Des missions de conseil métier
– Des solutions techniques pensées par et pour des marketeurs :

  • Data Quality Flow pour améliorer les data et supprimer les doublons,
  • Un Datamart pour regrouper la connaissance client dans une base dédiée au marketing multicanal,
  • Quintessence pour exploiter les données, segmenter, cibler et analyser les actions multicanal.

Comment avez-vous eu l’idée ?
L’idée est née d’un constat. Toute l’équipe travaille ensemble depuis plus de 10 ans dans le domaine du datamanagement (gestion et exploitation de données à travers la data quality, la connaissance client, la connaissance campagnes,…) et nous avons constaté que les best practices en matière de marketing relationnel et cross-canal étaient rarement respectées alors qu’elles sont pourtant stratégiques. Ce qui est encore plus vrai aujourd’hui en période de crise où les budgets informatiques, marketing etc,..sont réduits.

>>> Lire la suite

 

ECRIT PAR | Christophe Cousin

Le JDN : « Big » ou « bad » data : faites le choix entre rêve et réalité

1ère parution de cet article dans le Journal du Net

A l’heure où la « big » data fait rêver, les besoins des entreprises sont plus prosaïques : traiter la « bad » data, pour améliorer leur connaissance client et optimiser leur marketing relationnel. Un investissement rentable à très court terme et un prérequis pour éviter la « (big) bad data marketing »…

La presse spécialisée, les blogs, les plaquettes commerciales fourmillent d’articles évoquant la « big data », cette masse presque incommensurable d’informations générées par les internautes.
A lire les « spécialistes », la big data va révolutionner bien des domaines, dont le marketing, grâce à une analyse des comportements : les clics effectués au Pérou, les « like » du Vietnam, le contenu sémantique des tweets des seniors comparé aux navigations des juniors, j’en passe et des meilleurs…


A bien des égards, la big data ressemble à une nouvelle invention de l’industrie de l’informatique, toujours prompte à créer de nouveaux concepts permettant de vendre des solutions, en particulier lourdes et coûteuses. Seul l’avenir nous dira si ce déluge de données constitue le nouvel eldorado de la data marketing.
Mais, à court terme, les besoins des entreprises que je côtoie depuis plus de dix ans, sont bien plus prosaïques.

Au lieu de collecter de nouveaux teraoctets de données, elles cherchent plutôt à :

  • Éliminer des doublons de leurs bases marketing,
  • Traiter des informations incohérentes,
  • Séparer les clients des prospects,
  • Segmenter efficacement,
  • Mieux personnaliser les messages…

Plutôt que de rêver à la big data, l’urgence est de donc s’intéresser à la « bad » data, ces informations de mauvaise qualité qui coûtent si cher aux entreprises (jusqu’à 700 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis selon le cabinet Ovum).

Traiter la bad data, c’est mettre en œuvre un projet de « data quality » en mobilisant de nombreuses expertises tout au long de la chaîne de la connaissance client. En effet, la data quality impacte bien plus que les seuls flux et bases de données : ce sont de nombreux process qu’il faut améliorer, des personnes qu’il faut former, des adresses postales à normaliser, des données à mettre en cohérence… et un long projet qu’il faut gérer.

Mais au final, cet investissement est des plus rentables avec des bénéfices court terme pour les marketeurs et toute l’entreprise:

  • Vision unique du client,
  • Mise en place de stratégies cross canal efficaces,
  • Optimisation des résultats des campagnes,
  • Reporting et datamining précis,
  • Réduction des coûts et augmentation du ROI des actions…

Et si la big data devient réalité, ces données nettoyées, cohérentes et dédupliquées permettront d’agréger facilement ces nouvelles informations comportementales et calculer des indicateurs statistiques inédits.

Inversement, sans ces saines fondations, c’est de la « big bad data » qui encombrera les mégabases de données et les marketeurs ne sont pas prêts de s’en servir.

ECRIT PAR | Carine Colson

Marketing-Médias : « La data est plus que jamais d’actualité »

Entretien exclusif avec Christophe Cousin, fondateur et dirigeant de Camp de Bases avec Marketing-Médias.fr, site qui recense toute l’actualité du Marketing.

Quel regard portez-vous sur l’état du marché ?

Le sujet du data management commence à émerger. Avec le développement du cross canal et de la géo-localisation, la mise au point d’offres personnalisées oblige les annonceurs à se préoccuper de la qualité de leurs données et de la façon de les exploiter facilement. Au début des années 2000, les entreprises ont mis en place leur programme CRM puis elles ont ajouté des données mais sans forcément rechercher la qualité.

Aujourd’hui, elles ont besoin de clarté. Ce sujet est a priori moins attrayant que les réseaux sociaux. Seulement, nous pensons que les marketeurs vont se réapproprier le travail sur la donnée car il n’y a pas de marketing relationnel possible sans données de qualité. Le sujet est d’actualité mais le marché est en devenir. Il attire de nombreux acteurs avec des offres plus ou moins lisibles et un grand manque de transparence.

Quel est le positionnement de Camp de Bases ?

Camp de Bases a été créé en mars 2011 par quatre associés, dont Philippe Toulemont et moi-même, et se positionne sur la connaissance client, les bases de données et le data management. Nous bénéficions d’une longue expérience dans le secteur de la donnée puisque nous sommes à l’origine des créations de Netarget/Bananalotto, Café CRM et Mediapost Multicanal. Par ailleurs, je me suis beaucoup impliqué au sein du SNCD.

Camp de Bases propose des prestations de conseil pour aider ses clients à y voir plus clair (de la stratégie à l’audit de leurs bases) et des solutions techniques pour des équipes marketing.

>>>> Lire la suite