ECRIT PAR | Carine Colson

SAVE THE DATE : 23/01 Conférence avec le Cercle du CRM “Quel cadre légal pour ces nouveaux usages des big data ?”

Le Cercle du CRM organise le 23 janvier 2014 une conférence sur le thème “Quel cadre légal pour ces nouveaux usages des big data ?”

Cette conférence sera animée par deux experts :
- Christophe Cousin, Président de Camp de Bases et expert (Big) Data Marketing, qui présentera des exemples très concrets d’exploitation à travers des scénarios type fondés sur les Big Data.
- Fabienne Granovsky, Présidente de FGConseil.fr qui donnera un éclairage juridique sur ce nouveau cadre légal en préparation à Bruxelles.

Plus d’informations sur cet événement et inscription en ligne sur le site du Cercle du CRM

ECRIT PAR | Carine Colson

Elevator Pitch – Quels usages pour les (Big) Data Marketing ?

Christophe Cousin, Fondateur de Camp de Bases et expert en (Big) Data Marketing se met à l’Elevator Pitch !
En moins d’ 1mn30, juste le temps de prendre l’ascenseur et de découvrir les 3 grands usages des (Big) Data Marketing !


Elevator Pitch "Quels usages des (Big) Data Marketing ?"

Si, comme Franck, vous souhaitez poser des questions à Christophe sur les (Big) Data Marketing, envoyez les à notre boîte contact et Christophe se fera un plaisir d’y répondre via de prochains “Elevator Pitch” !

Si vous disposez d’un ascenseur, nous pouvons même y répondre chez vous !

ECRIT PAR | Carine Colson

(Big) Data Marketing : le futur se prépare aujourd’hui !


Au fur et à mesure qu’il quitte les podiums des conférences pour arriver dans la vraie vie, le sujet “Big Data” prend une importance très différente selon la fonction et le niveau hiérarchique de la personne qui le prend en charge (DG, DSI, Directeur Marketing…).

Mais pour tous, la révolution des Data que nous vivons est l’occasion de mettre en lumière un enjeu très stratégique pour les prochaines années : les entreprises vont devoir compter sur un véritable Système d’Information Marketing fort différent des architectures de gestion et production que les DSI avaient jusque-là mis en place.

>>> Lire l’article en intégralité sur le Journal Du Net

*************************************************************
Le sujet du mois : Préparez le futur avec un diagnostic
& une feuille de route (Big) Data Marketing !!

*************************************************************
- Est ce que je suis concerné ?
- Pourquoi et comment ?

Pour en savoir plus, consultez notre Feuille de Route.

ECRIT PAR | Christophe Cousin

[Avis d'expert] (Big) Data Marketing : le futur se prépare aujourd’hui – publication de Christophe Cousin dans le JDN

Cet article rédigé par Christophe Cousin, Fondateur de Camp de Bases et expert en “(Big) Data Marketing” a été publié le 25 novembre 2013 par le Journal du Net.

Au fur et à mesure qu’il quitte les podiums des conférences pour arriver dans la vraie vie, le sujet “Big Data” prend une importance très différente selon la fonction et le niveau hiérarchique de la personne qui le prend en charge (DG, DSI, Directeur Marketing…).
Mais pour tous, la révolution des Data que nous vivons est l’occasion de mettre en lumière un enjeu très stratégique pour les prochaines années : les entreprises vont devoir compter sur un véritable Système d’Information Marketing fort différent des architectures de gestion et production que les DSI avaient jusque-là mis en place.

L’impératif de demain : un Système d’Information Marketing alimenté par les (Big) Data Marketing
Ces nouveaux outils (gestionnaire d’actions marketing, moteur de personnalisation, business intelligence…) seront de plus en plus indispensables pour :

  • Pousser des offres & tarifs cohérents tout au long du parcours client (points de vente, e-commerce…),
  • Adapter la distribution à des comportements de plus en plus infidèles,
  • Optimiser les investissements selon les segments de clientèle (aussi bien pour recruter via des bannières on line achetées à la volée que pour fidéliser via des bons de réduction off line…),
  • Personnaliser la relation et les produits pour anticiper des tendances de plus en plus mouvantes…

Tous ces scénarios sont désormais connus et je vous en éviterai la litanie !
Ils ont en commun le même socle : des données marketing au sens large.
Référentiel produits, référentiel points de vente, base unique de clients, historique des comportements… ces data nécessitent un gros travail pour être unifiées, nettoyées, dédupliquées et faciles à manipuler.

Dans le monde des (Big) Data Marketing, le temps qui passe a beaucoup de valeur
Mais alors que les (Big) Data sont sur le devant de la scène, force est de constater que la création de ce socle de données est un investissement au mieux réalisé à l’économie ou, au pire, reporté aux calendes grecques.
C’est pourtant au contraire aujourd’hui qu’il faut agir car dans le mode des données, le temps a une immense valeur :

  • Collecter des données est un travail long et quotidien qu’il faut initier au plus vite pour espérer des volumes & historiques au bout de quelques mois ou années,
  • Intégrer la Data Quality au plus vite, c’est éviter de dépenser des fortunes demain dans le traitement des “Bad Data”,
  • Et surtout, diffuser une culture & stratégie Data Driven au sein d’une entreprise est un parcours de longue haleine. C’est une nouvelle façon de travailler, aux multiples impacts, qui nécessite du temps pour être intégrée.

Les entreprises qui repoussent leurs investissements Data à demain s’appliquent donc une double peine : devoir dépenser plus et pendant plus longtemps pour rattraper leurs concurrents plus perspicaces.
Inversement, ces derniers, en prenant en main leur stratégie Data dès aujourd’hui s’assurent à la fois des bénéfices court terme (ex : améliorer le ROI de leurs investissements marketing) et long terme en préparant leur organisation aux enjeux de demain.

ECRIT PAR | Carine Colson

[Fiche Produit] Diagnostic & Feuille de Route (Big) Data Marketing

L’exploitation des Big Data est souvent abordée par le prisme de la technologie : la mise en place d’outils fait espérer de nouveaux usages.
Notre approche est inverse : nous mettons les clients au centre du jeu pour identifier les scénarios d’usages qui sont à déployer et la façon la plus efficace de le faire.

Pour qui ?
Cette offre s’adresse aux directions générales, marketing et commerciales.

Quels bénéfices ?
- Concevoir, formaliser et hiérarchiser les scénarios et usages autour des Big Data à mettre en œuvre dans les prochains mois
- Définir une roadmap
- Calculer les budgets et estimer le ROI attendu

Intervenants & budget
En fonction du secteur d’activité, nous regroupons et pilotons les experts complémentaires (et déjà identifiés) !
Entre 20 K€ et 30 K€ selon les experts impliqués.

Téléchargez la fiche produit pour préparer dès aujourd’hui votre entreprise aux (Big) Data Marketing.

ECRIT PAR | Carine Colson

Base de données : comment éviter la sursollicitation ? – avec Christophe Cousin dans Action Commerciale

Article rédigé par Olga Stancevic sur Action Commerciale le 21/10/2013 avec la contribution de Christophe Cousin, fondateur de Camp de Bases.

Facteur de baisse du rendement des campagnes, la sursollicitation des fichiers clients ou prospects entraîne le désabonnement aux outils promotionnels. Pour gérer plus efficacement votre base de données, bâtissez un plan marketing mais, surtout, faites collaborer l’ensemble des services concernés !

Base de données : comment éviter la sur-sollicitation ?

À partir de quand un interlocuteur est-il trop sollicité? Un e-mail par mois, un tous les deux mois ou bien lors­­­qu’il reçoit parallèlement des SMS, voire des appels ­télé­phoniques? La notion de ­sursol­­­­­­­­licitation est étroitement liée au secteur d’activité et à l’émetteur de la campagne. Dans une activité de déstockage ou pour des ventes privées, le client acceptera sans problème de recevoir des informations promotionnelles régulières, synonymes de bonnes affaires.
De même, pour des produits de consommation courante, comme des fournitures de bureau par exemple : les achats s’effectuant à un rythme régulier, les promotions sont guettées par le client. Mais sur des produits de téléphonie ou bancaires, ou plus généralement nécessitant de la réflexion et une forte explication, une trop grande insistance de la part de l’annonceur risque d’être mal perçue. Par ailleurs, la notion de sursollicitation est fortement associée au ciblage et à la personnalisation du discours : un message bien ciblé et personnalisé passera naturellement beaucoup mieux qu’une interpellation “passe-partout”, a fortiori répé­titive, qui s’apparentera dès lors très vite à du matraquage.

Les conséquences d’une sur-sollicitation
Le fait de trop recourir à son fichier client aura pour effet de provoquer une baisse du rendement des campagnes, car les interlocuteurs vont de moins en moins s’intéresser aux messages émanant toujours du même annonceur. Par ailleurs, le taux de désabonnement, de plaintes et de classement des messages en spam augmente inévitablement lorsque la cible se sent “harcelée”. Tous ces éléments conduisent à faire perdre sa valeur à la base de données, et à faire baisser la rentabilité de la campagne.
Il y a donc un équilibre subtil à trouver entre le contenu du message, sa personnalisation et les besoins de la cible. Les indicateurs de rendement de la campagne (nombre de clics, d’achats, selon les canaux utilisés) et celui de désabonnement aux e-mailings sont donc à mettre en rapport avec la ­fréquence des envois, la personnalisation du message et le ciblage. Une manière d’évaluer les limites à ne pas dépasser. Reste que les ­organisations internes sont peu matures sur cette question de la sur-sollicitation.

>>> Lire la suite sur Action Commerciale

ECRIT PAR | Carine Colson

Le Groupe Amaury choisit Quintessence, la solution DMP de Camp de Bases

Logo Amaury Groupe Le Groupe Amaury a choisi Camp de Bases pour l’accompagner dans la création de sa base de données unique d’abonnés, de clients et d’internautes. Ce choix, fait à l’issue d’une compétition à laquelle participaient les principaux acteurs du marché, est l’occasion pour Camp de Bases de déployer “Quintessence”, sa solution DMP (Data Management Platform) permettant d’absorber, réunifier et mettre à disposition des données marketing multicanal. Cette “vue unique” du client sera l’occasion d’améliorer la “connaissance client” du Groupe pour optimiser l’efficacité des actions marketing à venir.
Pablo Fourcat, responsable de la Stratégie Data & CRM du Groupe Amaury témoigne “Nous avions besoin d’analyser avec précision des données complexes dans un système simple. Le choix d’une solution déjà existante de gestion de données marketing en mode SaaS comme Quintessence nous a permis d’une part de disposer d’une solution innovante et performante et d’autre part de raccourcir les délais de développement et de mise en place donc d’optimiser les coûts.”

Pour mémoire, la société Camp de Bases propose des missions de conseil et des solutions techniques en SaaS pour aider les annonceurs B2C et B2B à exploiter les (Big) Data Marketing.

ECRIT PAR | Carine Colson

Avis d’expert : Les (Big) Data Marketing n’ont pas besoin de super héros mais d’experts avec les pieds sur terre – publication de Christophe Cousin dans le JDN

Cet article rédigé par Christophe Cousin, Fondateur de Camp de Bases et expert en “Big Data Marketing” a été publié le 14 octobre 2013 par le Journal du Net.

” Au lieu de vous faire croire à des pseudos super-pouvoirs, je vous livre 3 enseignements issus du terrain pour réussir votre projet Big Data.

Lorsque je visite un salon (et Ecommerce Paris 2013 n’a pas failli à cette règle) ou que je lis des plaquettes commerciales, je suis toujours surpris des super pouvoirs de certaines agences.
Certains acteurs (même de taille très modeste !) sont capables de presque tous les prodiges en même temps : déployer des stratégies e-marketing, faire du e-commerce, des jeux-concours, constituer des méga bases de données, faire du marketing relationnel… j’en passe et des meilleurs.
Souvent ce sont ces mêmes « experts » qui abusent des mots clés du moment : Big Data, social CRM, RTB…
Et leurs cas clients sont tout aussi mirobolants : la relation client est 100 % synchronisée, les données se parlent entre elles, la connaissance client est lisible et accessible… tout cela avec des équipes qui travaillent dans la plus parfaite fluidité pour un ROI, ah ce ROI ! Tellement impressionnant que les chiffres restent secrets…
Ce monde-là est l’univers formidable de Superman, Wonder Woman ou Captain America…

Étonnamment, mon quotidien depuis des années que je travaille dans l’internet, les données et le multicanal, est fort différent.
Mes clients ont du mal à mettre en œuvre leurs stratégies cross canal et c’est normal parce que dans la vraie vie, c’est un sujet délicat.
Ils ont du mal à faire travailler ensemble des équipes marketing et techniques et c’est humain.
Leurs données sont complexes, leur architecture parfois fragile, les outils dont ils ont besoin nécessitent de comprendre finement leurs métiers.
Dans le monde de mes clients, il faut du temps pour mettre en œuvre des projets, beaucoup de travail, de patience, de pédagogie et une bonne dose de passion aussi.

Alors aux annonceurs parfois tentés de croire aux super-pouvoirs (et qui ne le serait pas !), je vous propose trois enseignements que j’ai appris de mes dernières années d’entrepreneur/consultant/directeur de projet dans le domaines des (Big) Data Marketing (… et de tâcheron aussi parfois !).

1) L’enjeu des (Big) Data est marketing
Certes la technique est importante mais le point majeur est de savoir à quoi ces données vont réellement vous servir. Ceci défini, partager cette vision cible et expliquer le projet est LE facteur clé du succès. Aborder un projet Data par le prisme de la technique c’est le meilleur moyen qu’il reste à l’étage de la DSI.

2) Il faut beaucoup de temps et d’énergie pour rendre utiles les données dont vous ne vous êtes PAS occupées pendant des années
Cela passe par de l’expertise, des outils et une farouche volonté d’aller comprendre ces informations et la façon dont on peut en tirer de la valeur. Il faut aller dans le détail. Cela passe aussi par des ressources en interne. Car même si votre base est sous-traitée, seule votre équipe sait pourquoi le CA des internautes est stocké dans la base des ventes « magasins » alors que personne ne pouvait l’imaginer !
Les solutions magiques, les alimentations automatiques, les « en 3 clics cela marche »… ne marchent pas justement.

3) La culture « Data & Marketing Relationnel » nécessite une formation permanente
D’abord parce que le sujet n’est pas simple et surtout parce qu’il évolue en permanence. L’acculturation et la pédagogie sont indispensables pour les marketeurs et DG de demain car ces sujets seront (et devraient déjà être) au cœur de leur quotidien professionnel.

En résumé, c’est bien parce que les Big Data font rêver qu’il faut garder les pieds sur terre. Et c’est à cette condition que ces Big Data délivreront demain les promesses auxquelles elles sont associées aujourd’hui.

ECRIT PAR | Carine Colson

“Il est temps que les marketeurs prennent en main les enjeux des Big Data” – Christophe Cousin dans E-marketing.fr

Interview rédigée par FLORENCE GUERNALEC publiée le 14/10/2013 dans Emarketing.fr

Christophe Cousin, dirigeant de Camp de Bases, constate que le big data marketing est un sujet préempté par les éditeurs de solutions, ce qui le rend incompréhensible pour la majorité des décideurs. Parallèlement, il annonce une nouvelle version de sa data management platform, Quintessence.

Quelle est l’activité de Camp de Bases ?
Camp de Bases est une société spécialisée dans l’exploitation des (Big) Data Marketing pour aider les annonceurs à en optimiser les usages : marketing relationnel, web analytics, marketing prédictif… Pour cela nous réunissons des expertises marketing/métier et techniques pour proposer des missions de conseil et des solutions techniques.

Allez-vous annoncer des nouveautés sur le salon #vad.conext ?
Camp de Bases lance une nouvelle version de Quintessence, notre Data Management Platform en mode SaaS, qui est composé de 3 modules :
- DQF (Data Quality Flow) pour enrichir, améliorer et dédupliquer les données marketing on & off ;
- DQM (Data Quality Mart) pour héberger toute la connaissance client pour une exploitation rapide et efficace ;
- DUI (Data User Interface) une application web pour comprendre, analyser et exploiter les données grâce à une interface graphique pensée par et pour des marketeurs.

Quintessence est alimentée par des données généralement en silos (e-commerce, système de caisse, réseaux sociaux, cartes de fidélité, retours de campagnes…) et alimente à son tour des sites web, des outils d’analyses ou d’exécution de campagnes…La nouvelle version apporte des évolutions majeurs :
· La mise à jour de profils par import de listes externes pour exploiter des données travaillées, enrichies dans des solutions extérieures à Quintessence (par exemple de datamining,…),
· Le choix des méthodes de déduplication (à l’individu, à l’email, au foyer,…) adaptées aux canaux pour l’envoi d’actions marketing avec des budgets optimisés,
· Une bibliothèque de rapports “types”, pour exploiter au mieux la connaissance client tirée de la base,
· L’ export brut des données de contact afin de maximiser la traçabilité des données,
· Le choix de la langue de l’interface pour les utilisateurs non francophones.

Vous animerez, sur le salon, une conférence sur le thème ” Comment exploiter vos Big data marketing ? “. Quel message souhaitez-vous faire passer aux annonceurs ?
Le message est simple : il est temps que les marketeurs et les utilisateurs des métiers prennent en main les enjeux des Big Data. Aujourd’hui, c’est un sujet qui préempté par les éditeurs de solutions techniques ce qui le rend incompréhensible pour la majorité des décideurs. Pourtant, de nombreux bénéfices existent aussi bien pour les directions marketing que pour les clients finaux. Ce sont ces exemples que je vais montrer en me servant, comme support, d’une nouvelle infographie que nous venons de réaliser sur ce sujet.

Quel(s) cas client permettent d’illustrer l’intérêt d’exploiter ses big data marketing ?
Nous travaillons, par exemple, pour un acteur dans le domaine de la presse qui personnalise, grâce à nos solutions, ses offres de réabonnement de façon très fine pour en améliorer l’efficacité. Pour un autre acteur dans le domaine du tourisme, les données que nous réussissons à agréger, permettent une analyse de l’activité passée et à venir avec une finesse qu’il n’avait pas jusqu’à présent.

>>> Ecouter, voir ou revoir la conférence sur YouTube.

ECRIT PAR | Carine Colson

[Infographie] Quels bénéfices clients des (Big) Data Marketing ?

Infographie benefices clients des Big Data Marketing Téléchargez ici notre 6ème infographie sur
les bénéfices clients des (Big) Data Marketing !

Nous avons voulu montrer ici que les Big Data Marketing offrent des bénéfices principalement business et Marketing.
C’est ainsi que nous avons positionné ces bénéfices clients autour 3 grandes familles :
le marketing prédictif, le web analytics et le marketing relationnel multicanal.

Dans chacun des cas, nous avons détaillé les avantages pour les marketeurs, pour les consommateurs finaux et comment les (Big) Data Marketing génèrent de la valeur pour les entreprises. Nous avons essayé de vous offrir une vue à 360° sur ce que sont les (Big) Data Marketing et tous les enjeux liés !

Etant déjà bien fournie, nous vous proposons le lexique associé sur ce blog et non intégrée à l’infographie comme habituellement.

Si vous souhaitez la recevoir en version papier, demandez-la !

Vous avez 1mn30 ? Découvrez notre Elevator Pitch sur ce même sujet !

LEXIQUE
Bad data : Se dit des données inexploitables à cause de leur mauvaise qualité : adresse non mise à jour, produit acheté inconnu, adresse email sans @, mauvaise saisie dans un formulaire,…

Capital Data : Valeur associée aux données collectées sur les clients et prospects via différents canaux.

Cluster : Dans ce contexte, “Cluster” signifie que même si les bases ont des modèles/ contenus différents, les bénéfices marketings « attendus » vont être proches voir semblables : connaissance client, ventes additionnelles,… (En savoir plus avec Wikipédia)

Datamart : Base où les données sont structurées sous un angle métier pour un mode d’exploitation particulier (en opposition au datawarehouse où les données sont stockées de manière neutre).

Hadoop : C’est un framework Open Source conçu pour réaliser des traitements sur des volumes de données très importants (peta octets). Système adapté pour le BIG Data.

KPI : “Key Performances Indicators” ou indicateurs de performances. Ceux-ci variant en fonction de ce que vous mesurez : pour un site web, visites, visiteurs, nouveaux visiteurs,… pour une campagne email, taux d’ouverture, de réactivité, de clics,…

MDM : “Master Data Management” ou “Gestion des données de référence” est un ensemble de processus visant à gérer les données de références de l’entreprise au sein d’une base de données.

noSQL : Système de gestion de bases de données fondé sur des bases autres que relationnelles, ou de type tables,… Ce système est souvent utilisé pour manipuler un grand nombre de données : Google, Amazon,… Système très adapté pour faire du Big Data.

Open data : Ou “Données ouvertes” est le principe de donner accès à tous à des données numériques. Celles-ci sont mises en ligne et réutilisables par tous. Une “donnée ouverte” est publiée de manière “Complète, Primaire, Opportune, Accessible, Exploitable, Non-Discriminatoire, Non-Propriétaire, Libre de droits, Permanente, et Gratuite” (Srce Association Libertic).

Retargeting : Ou “Reciblage publicitaire” consiste à ré-afficher des publicités (bannières,…) de même type dès lors qu’un internaute a montré de l’intérêt à ce type de produits sur un autre site.

RFID : “Radio Frequency Identification” ou “Identification par radio fréquence“, soit un système qui permet de récupérer des données à distance et de les mémoriser via des ondes émises par des “étiquettes/ puces” : codes-barres, passeports, cartes de fidélité, paiement NFC,…

ROI : “Return On Investment” ou retour sur investissement, correspond au calcul de la rentabilité d’un investissement : Coûts d’une opération (création publicitaire, temps humain,…) versus les bénéfices (ventes générées, visibilité, …)

RTB : “Real Time Bidding” correspond aux enchères en temps réel dans le domaine de la publicité online : Google Adwoords, Adsense, bannières publicitaires,…

Third party data : Ce sont des données de ciblage publicitaire fournies par un tiers. Ce sont des données comportementales ou déclaratives qui viennent enrichir le profil via les cookies.