ECRIT PAR | Christophe Cousin

KPI marketing et relationnel : premiers pas

Visuel KPI Vous êtes désormais convaincus que les seules données de réaction (comme un taux de clic) ne peuvent pas résumer l’efficacité de votre marketing relationnel ?
Il est donc temps d’identifier d’autres KPIs.Voici quelques dimensions à prendre en compte pour bien débuter votre réflexion :

Axe 1 : Bien identifier à quoi vont vous servir les nouveaux indicateurs dont vous rêvez.

Par exemple :
– Suivre l’efficacité des campagnes (ex : le CA indirect généré, le taux de rebond sur Facebook)
– Améliorer l’efficacité opérationnelle (ex : pour mettre en évidence des dégradations de process),
– Faire passer des messages « politiques , généralement à des fins d’investissements : le temps moyen passé par des individus vs la mise en place d’un outil spécialisée…
Etc…
Cette étape est importante car elle vous permettra d’éviter de déployer de l’énergie pour des chiffres qui ne vous serviront à rien (cela semble évident mais c’est pourtant souvent le cas…).

Axe 2 : 
Ensuite, il convient d’identifier si les données brutes dont vous avez besoin sont :
– Existantes mais mal ou non exploitées,
– Non existantes mais relativement faciles à produire,
– Non existantes mais plutôt difficiles à produire.

Axe 3 :
A quelle fréquence avez-vous, réellement, besoin de suivre ces indicateurs ?
Et sous quelle forme ? Un email quotidien, une analyse détaillée par mois, une vision tous les 6 mois…

Ces axes vous permettront d’établir :
– Une hiérarchie des KPIs qui vous intéressent,
– Les grandes solutions techniques à déployer,
– Les moyens que vous pouvez y consacrer raisonnablement.

Cette réflexion doit être extrêmement pragmatique : un rapport mensuel fait à la main mais disponible dès le mois prochain est plus efficace, in fine, qu’une magnifique architecture de dataviz, qui sera mise en production dans 1 an… si tout va bien.
Et ce d’autant plus que vos besoins auront changé d’ici là !!

Dès lors, les modalités de mise en oeuvre dépendent de votre organisation. De nombreuses solutions existent sur le marché.
Nous en parlerons dans un prochain numéro de « Feuille de Route », la newsletter de Camp de Bases.

Inscrivez vous à notre Feuille de Route pour rester informé !

zp8497586rq
ECRIT PAR | Philippe Toulemont

Le 1er Data Tuesday a eu lieu !

Logo Tuesday Le Data Tuesday est une initiative lancée par trois startups (Data PublicaCaptainDash et MFG Labs), et leurs quatre partenaires (Les Echos, Cap Digital, Systematic et EIT ICT Labs).Ce rendez-vous mensuel est dédié aux acteurs de la Data et leur permet de se rencontrer pour échanger et réfléchir sur trois sujets que sont la  Big Data, la Dataviz et l’Open Data.Ce premier rendez-vous s’est tenu hier et avait plus une vocation de « kick-off ».Sans thématique précise, cet évènement a su susciter la curiosité et attirer une audience importante : La salle d’ICT Labs était pleine !

La session a commencé par 3 présentations, mais suite à des problèmes de circulations je ne suis arrivé qu’à la fin de la seconde, qui abordait la problématique du Big Data et de sa manipulation par le grand public.
J’en retiendrai une phrase : « L’analyse du Big Data, c’est de l’avant-garde en mode bourrin« . Une phrase, certes un peu choc mais qui rappelle que pour manipuler des volumes aussi importants de données, il faut commencer par être humble et pragmatique en limitant ses axes d’analyse à deux ou trois dimensions.

Ensuite, quelques idées séduisantes ont été évoquées comme :
– La nécessité de désapprendre la loi normale.
– Les courbes de Gauss.
– La dictature des moyennes dans l’analyse des chiffres. Une très bonne illustration de celle-ci est qu’une personne qui se noie dans un trou d’eau se moque de savoir que la profondeur moyenne du lac fasse 60cm !
La volumétrie amenée par la Big Data oblige à circonvenir le périmètre de son analyse et à ne plus essayer de tout comprendre et tout résumer.

MFG Labs a présenté une autre image amusante… et pertinente sur les états de la Data:

  1. Solide: Les belles bases de données relationnelles.
  2. Liquide: Les fichiers XL, PDF…
  3. Gazeux: L’Open Data, le Big Data, les « trucs » informes qui trainent dans le nuage.

Suite à ces présentations a eu lieu un débat (peu houleux) dont sont sorties quelques thématiques clés:

  1. La traçabilité des données Open Data.
  2. L’ouverture des entreprises au monde de l’Open Data, avec la question de qui au sein de l’entreprise doit prendre en charge cette initiative.
  3. L’Open Data rendra-t-elle le monde plus beau ?

La question est maintenant de savoir si cette soirée doit se rebaptiser Open Data Tuesday. Heureusement, le cocktail qui a conclu la soirée laissait penser que non et que les différents acteurs présents voulaient y voir évoquer d’autres sujets.

On peut toutefois se demander si Big et Open Data vont facilement cohabiter avec les données classiques ou est-ce que deux univers totalement hermétiques sont en train de se créer, avec chacun ses spécialistes.
Quelques experts croient toutefois que les passerelles existent et tendent à se développer, poussées par des technologies comme Hive pour Hadoop.

A noter que l’évènement semble particulièrement propice au networking et que les discussions battaient leur plein.
Vous pouvez retrouver ici les présentations du Data Tuesday.

Suite au prochain numéro, le 6 décembre au 104 rue d’Aubervilliers dans le 19ème.

ECRIT PAR | Carine Colson

Conseil : Nos missions « Diagnostic BDD & Connaissance client »

Pour qui, pourquoi ?
Les DG, direction marketing ou DSI qui veulent y voir clair sur :

  • Les données existantes et exploitables « réellement » parmi celles disséminées dans tout le SI
  • L’architecture technique existante et à déployer,
  • Les outils d’exploitation existants, utiles, à prévoir, à optimiser
  • Les process de collecte, la collecte du consentement, l’efficacité des opérations menées…
  • L’organisation et la gestion des expertises nécessaire pour la mise en œuvre de campagnes multicanal

Comment ?
Une mission commando de 6 semaines pour:

  • Un diagnostic de l’existant (vs les best practices du marché)
  • Une recommandation incluant une vision cible « cartographie data, flux et architecture »
  • Une feuille de route à 12/18 mois avec l’ensemble des actions à mener sur les dimensions marketing, architecture technique, data, outils, organisation, juridique.

Nos références
Les premiers clients de Camp de Bases sont Samsung France, Condé Nast, Le Quotidien du Médecin, Huttopia…
Ils bénéficient de notre savoir-faire acquis ces dernières années grâce à des dizaines de missions similaires.

ECRIT PAR | Carine Colson

Nos références

Aujourd’hui, Camp de Bases travaille avec :


Logo Aelia

Logo Amaury Groupe
Logo Astrazeneca
Logo Bet Advisor Logo Condé Nast Logo Condé Nast Russie


Logo Groupe Profession Santé
Logo Huttopia Logo Ingenico HealthCare La Poste
Logo Loreal Logo Quotidien du Médécin Malakoff Mederic
Logo PierreFabre Logo Saatchi & Saatchi Logo Samsung
Logo SFR

La Direction de la Communication Financière de L’Oréal confie à Camp de Bases une mission
pour optimiser son marketing relationnel.

Nous avons réalisé des prestations d’accompagnement sur mesure et missions de type « Diagnostic et feuille de route connaissance client » afin de déployer une stratégie efficace sur 12 à 18 mois pour nos clients Samsung et le Quotidien du Médecin.

Avec notre premier client Bêta Condé Nast, un groupe d’édition de presse magazine américain comprenant Vogue, GQ, Vanity Fair,…

Nous avons constitué une base de données unique regroupant des clients et prospects provenants de sources différentes : Abonnés, inscris newsletters, participants à des jeux-concours,…Condé Nast possède maintenant sa première base unifiée via la plate-forme Quintessence.