ECRIT PAR | Christophe Cousin

Cible ou segment ?

Régulièrement, nos clients nous demandent quelle est la différence entre un ciblage et une segmentation.

Dans le monde du marketing relationnel , c’est simple :
un segment est une liste de personnes qui correspond à des caractéristiques précises.
Par exemple : les e-acheteurs de moins de 45 ans.

Cette liste peut être figée à un moment précis (c’est dans ce cas un segment statique) ou recalculée lors de chaque utilisation (c’est un segment dynamique).

Il y a de multiples façons pour identifier les critères qui vont amener à créer un segment.
Cela peut se faire de façon intuitive avec du bon sens (un segment des 10% plus gros clients selon le CA) ou avec des techniques plus sophistiquées, issues du datamining (par exemple, avec un modèle de segmentation RFM).
Un segment est généralement utilisé plusieurs fois, il est travaillé sur la durée.

une cible sert à envoyer un message à une population précise.
Une cible peut être créée exclusivement pour une action ou bien utiliser un segment déjà construit.
Le ciblage correspond alors à l’utilisation de ce segment auquel sont ajoutés d’autres critères :

  • La disponibilité du point de contact utilisé (courrier, email, numéro de téléphone…)
  • La présence d’un consentement pour les communications électroniques B2C  (ou l’absence d’un déconsentement pour le B2B)
  • Eventuellement le type de point de contact utilisé (ex : « uniquement des adresses professionnelles »)
  • Des notions de pression sont aussi très souvent utilisées (ex : uniquement les personnes qui n’ont pas reçu d’email lors des 3 derniers jours).

Cet ensemble de critères complémentaires qui transforme un segment en cible correspond à un « contexte ».

Bien sûr, Quintessence, la solution de datamanagement en mode SaaS de Camp de Bases permet aux marketeurs de concevoir et gérer des cibles et des segments, en quelques clics. Mais cela vous vous en doutiez déjà !